Jennifer-Hudson-dans-la-peau-dAretha-Franklin-dans-le-film-Respect-416997

“Respect”, le biopic d’Aretha Franklin en salles françaises

Trois ans après sa disparition, Aretha Franklin sera à l’honneur au grand écran à la rentrée dans le biopic Respect.

Réalisé par Liesl Tommy (les séries TV Jessica Jones et The Walking Dead), le film voit Jennifer Hudson endosser le rôle de la Queen of Soul aux côtés de Forest Whitaker qui jouera CL Franklin, son père, Marlon Wayans (dans le rôle de Ted White, le redoutable manager et époux de la chanteuse) et Mary J. Blige dans celui de Dinah Washington.

Découvrez ci-dessous la bande-annonce de Respect, dont la sortie en salles française est prévue le 10 septembre. N’oubliez pas non plus la parution du magnifique coffret 4-CDs Aretha, disponible le 29 août.


Prince_Welcome_2_America_banner_web

Morris Hayes : « Welcome 2 America est un disque important »

Enregistré en 2010, puis remisé dans le Vault, l’album inédit de Prince Welcome 2 America paraît 11 ans après. Co-producteur de l’album et clavier historique du New Power Generation, Morris Hayes dévoile son contenu et ses coulisses pour Funk★U. 

★★★★★★★

Funk★U : Welcome 2 America est resté inédit pendant plus d’une décennie. Qui a eu l’idée de sa parution en 2021 ?

Morris Hayes : La décision vient du Prince Estate, qui avait retrouvé cet album dans le Vault parmi tout le matériel inédit stocké pendant des années. Ce disque a été enregistré il y a plus de dix ans, mais je suis très heureux qu’il sorte aujourd’hui, et aussi un peu fier qu’il succède aux rééditions de Purple Rain, 1999 et Sign Of the Times.

 

Cet album est une surprise pour les fans, mais vous avez dû également être surpris quand Prince vous avait demandé de le co-produire.

Oui, bien sûr ! Un soir de printemps, en 2010, j’étais tranquillement en train de me reposer à la maison quand Prince m’a appelé en me demandant : « Morris, tu es libre ? Viens à Paisley Park, j’aimerais te faire écouter quelque chose. » J’habite tout près, et je suis monté dans ma voiture. En me garant sur le parking de Paisley Park, j’aperçois Prince dans sa voiture, une Cadillac. Il me fait signe de monter, puis glisse un CD dans l’autoradio en m’expliquant qu’il vient d’enregistrer des titres avec la bassiste Tal Wilkenfeld, qu’il trouve fantastique, et le batteur Chris Coleman, que Tal lui avait suggéré. Il me décrit ensuite chaque chanson et les thèmes qu’elles abordent, puis me demande de le co-produire en ajoutant ou en retirant les éléments que je juge utiles ou dispensables. J’étais sous le choc.

Morris at soundcheck by Peter   Lodder (1)

Morris Hayes

C’était une première, car Prince n’avait pas l’habitude de déléguer la production de ses albums.

Je crois que Kirk Johnson avait fait quelques productions additionnelles sur certains titres, et Josh Welton a contribué plus tard à Hitnrun Phase 1, mais sur le moment, je n’ai pas raisonné en ces termes. Depuis mon arrivée dans le NPG en 1992, j’avais travaillé sur énormément de titres avec Prince et le groupe, mais il n’avait jamais encore dit à quelqu’un : « Prends ce CD et travaille dessus de ton côté. » Jusqu’ici, il avait l’habitude de se tenir derrière votre épaule en vous donnant des indications, et surtout en vous demandant d’aller le plus vite possible (rires) ! Je venais d’installer un studio à domicile et je pouvais travailler tranquillement sur un titre par jour, sans que Prince ne vienne m’influencer. Chaque fois que je terminais un titre, je lui soumettais, et s’il était content, je passais au suivant. Je croisais les doigts tous les jours, mais au bout du compte, tout s’est bien passé. L’échange était très facile.

 

Selon vous, pourquoi Prince vous a-t-il donné une telle opportunité ?

Je crois qu’il me faisait confiance en tant que musicien, mais je crois aussi que c’était un test. De toute manière, quand quelque chose ne lui plaisait pas, votre travail était enterré à jamais. Il m’a donné ma chance, et j’aimais beaucoup ces titres qui étaient très bruts et organiques. L’instrumentation était live, constituée de batterie et de basse non-traitées, de guitares et des chœurs absolument superbes de la part des filles (Shelby J, Elisa Fiorillo et Liv Warfield, ndr.). Ces titres étaient presque finalisés, mais ils étaient très rough et j’ai souhaité qu’ils le restent car Prince évoquait des sujets importants. Il n’était pas perçu comme un artiste politique, mais sa conscience sociale s’exprime vraiment dans les textes de cet album. Dès lors, mon travail de co-producteur a consisté à transmettre son message de la manière la plus claire possible.

Welcome 2 America, le titre qui ouvre l’album, annonce la couleur musicale de l’ensemble.

J’ai simplement ajouté des programmations de batterie et des parties de claviers un peu bizarroïdes car tout le reste était déjà là. C’est un titre très minimaliste, dans le lignée de quelques-uns de ses plus grands succès, dont « Kiss » et « Sign of The Times » et son texte, qui évoque les réseaux sociaux, est très juste. Prince décrit le pouvoir grandissant des plateformes digitales, des iPhones et des iPads sur notre quotidien et son analyse est visionnaire, car leur pouvoir est encore plus grand aujourd’hui qu’il ne l’était il y a dix ans.

 

« (Running Game) Son of a Slave Master », la chanson suivante, est presque un titre de Prince featuring Prince, car elle est principalement interprétée par Shelby J.

À cette époque, Prince impliquait énormément Shelby et les choristes du NPG sur scène et en studio. Il leur donnait beaucoup d’espace et leur laissait chanter des titres en lead, ce qui n’était pas arrivé depuis que Rosie Gaines était dans le groupe. Il leur faisait confiance, et il s’inspirait sans doute aussi de Sly and the Family Stone pour la répartition des voix. Dans « (Running Game) Son of a Slave Master », Prince a donc laissé Shelby en chanteuse principale et s’est contenté de chanter quelques harmonies, mais c’est de cette manière qu’il avait envisagé cette chanson.

L’influence de Curtis Mayfield est très nette sur ce titre, sans doute encore plus que dans « Born 2 Die », le morceau suivant.

Oui, mais Prince a surtout évoqué Curtis Mayfield au sujet de « Born 2 Die ». Il passait vraiment beaucoup de temps sur Internet, et après avoir vu sur YouTube une émission dans laquelle le philosophe Cornel West avait déclaré : « nous adorons notre Frère Prince, mais il n’est pas Curtis Mayfield ». « Ah bon ? Je vais lui montrer… » (rires). Il a relevé le défi en écrivant une chanson sur l’injustice sociale. La première fois que j’ai entendu « Born 2 Die », j’ai tout de suite compris ce qu’il fallait faire. Je lui ai ensuite fait écouter ma version, et au cours de mes vingt années et plus de carrière aux côtés de Prince, je n’ai jamais reçu autant de compliments de sa part. Il était si content qu’il me remerciait en me prenant par les épaules et en me disant « Tu es Duke Ellington ! » (rires).

 

À la première écoute, « 1000 Light Years From Home » sonne de manière familière, car il s’agit de la coda de « Black Muse », parue en 2015 dans Hitnrun Phase 2.

« 1000 Light Years From Home » est effectivement la continuation de « Black Muse », qui avait été enregistrée à la même époque mais lors d’une autre séance avec John Blackwell à la batterie. L’idée de replacer un titre sur un album des années plus tard pourrait sembler incongrue, mais tout est cohérent chez Prince, qui était également très attaché à la notion d’album. Il avait entendu une interview de Beyoncé dans laquelle elle expliquait que les gens préféraient consommer des titres de nos jours, et il avait été très contrarié. Welcome 2 America est l’exemple type d’un album à part entière, avec des thèmes sociaux et politiques reliés par une véritable identité sonore.

 

« Stand Up and B Strong » est une reprise du groupe Soul Asylum. Une fois encore, il est dominé par les chœurs du trio. Ont-elles enregistré leurs parties live en compagnie du groupe ?

Je n’étais pas présent physiquement lors de ces séances, ni ajouté quoi que ce soit à ce titre, mais j’ai compris que Shelby, Elisa et Liv chantaient leurs prises en live dans le studio avec Prince, qui produisait la session, Tal et Chris. Il leur avait fait écouter les titres avant les prises, et elles avaient eu très peu de temps pour répéter leurs textes. Elles sont exceptionnelles, et le résultat est très fluide.

 

De quelle manière avez-vous participé à « Check the Record » ?

C’est un titre complètement fou, et sans doute une des chansons les plus difficiles à produire de cet album : Chris est à la batterie, mais elle n’était pas calée correctement dans le CD que m’avait confié Prince. Je n’ai pas eu accès aux pistes séparées de cet album, juste un CD rapidement mixé, ce qui a causé quelques problèmes techniques. Par exemple, j’ai dû insérer des percussions à un moment précis pour que la batterie rattrape le tempo. C’est si subtil que l’on s’en rend à peine compte, mais la différence est notable lorsqu’on la compare avec la version originale que l’Estate avait l’intention de placer dans la première configuration de l’album. J’ai aussi ajouté un son de clavier comparable à celui d’une enclume et j’aime beaucoup cet effet, qui a également beaucoup plu à Prince.

 

Avez-vous retravaillé certains titres en vue de la parution de Welcome 2 America ?

Oui. Quand le Prince Estate m’a fait écouter le tracklisting final de l’album, j’ai remarqué quelques éléments que Prince avait ajouté en post-production ainsi que quelques changements de textes, mais mes interventions avaient été quasiment inchangées.

Tout comme « Hot Summer », « Same Page, Different Book », sans doute le titre le plus funky de l’album, avait déjà été diffusé sur Internet avant d’apparaître sur Welcome 2 America

Oh my God ! Prince a vraiment laissé Tal s’exprimer sur « Same Page, Different Book ». Il lui a dit : « fais ton truc avant chaque break. Just drop it in the hole ! » (rires). Elle tue vraiment sur ce morceau. Une fois encore, j’ai ajouté quelques parties de claviers, de percussions et quelques effets en m’efforçant de conserver la simplicité et le côté funky de l’ensemble.

 

Prince avait-il l’intention d’engager Tal Wilkenfeld et Chris Coleman en vue d’une tournée ?

J’y ai cru au début, car en règle générale, quand Prince enregistre un album avec un nouveau groupe, celui-ci devient la nouvelle formation du NPG. Ça ne s’est pas passé comme ça cette fois, sans doute parce que Tal était très demandée par d’autres artistes, notamment Jeff Beck, et c’était la même chose pour Chris, qui avait aussi un planning très serré. Et quand vous travailliez avec Prince, vous deviez être disponible à 100%, 24 heures sur 24.

 

« When She Comes », la seule ballade de l’album, apparaît dans une version différente et moins arrangée que celle parue dans Hitnrun Phase 2, en 2016.

Oh, Man… Cette version est bien meilleure. L’Estate avait proposé de réutiliser cette version, mais je leur ai expliqué que celle que j’avais était bien supérieure et ils ont fini par l’inclure dans cet album. Quand Prince me l’a faite écouter dans sa voiture, je lui ai dit : « Je ne toucherai pas à ce titre. C’est une de tes plus belles ballades depuis longtemps et elle aurait mérité d’être arrangée par Clare Fischer ». Il m’a répondu : «  Oui, j’aurais dû l’envoyer à Clare », puis il l’a rangée dans le Vault.

08-Prince-W2A-copyright-The-Prince-Estate-photo-credit-Kevin-Mazur-1000x600

Prince sur scène en 2011

« 1010 (Rin Tin Tin) » est un des sommets de l’album. Difficile également d’imaginer que Prince s’état inspiré du célèbre berger allemand de la série TV pour écrire une chanson ! 

(Rires). Ce titre, tout comme « 1000 Light Years From Home », « Yes » et « One Day We’ll All Be Free », provient de l’Estate et ne figurait pas dans le CD que m’avait confié Prince. Il me semble l’avoir entendue à l’époque, mais il n’est jamais sorti. C’est un simple aperçu de l’étendue du Vault.

 

Existe-t-il d’autres albums du même genre, c’est-à-dire entièrement finalisés et prêts à sortir, dans le Vault ?

Oui, vous n’avez pas idée ! Je pense notamment à un album entier avec Maceo Parker, parmi d’autres…

 

Quelques semaines avant Welcome 2 America, Prince a enregistré l’album 20Ten, paru en juillet 2010 en exclusivité dans Le Courrier international. Comment compareriez-vous ces deux albums ?

Welcome 2 America est largement supérieur. Je ne suis pas tellement fan du son global de 20Ten, qui contient quand même quelques bonnes chansons. Welcome 2 America est plus ambitieux : ses textes engagés, ses sonorités organiques et l’implication de Tal et Chris avaient apporté quelque chose de nouveau à sa production de l’époque. Welcome 2 America est un disque important.

 

Propos recueillis par Christophe Geudin

 

Prince Welcome 2 America (NPG Records/Legacy Recordings) ***. Disponible le 30 juillet en CD, double-vinyle, versions digitales et coffret Deluxe CD/LP/Blu-Ray.


Dap

The Daptone Super Soul Revue “LIVE! at the Apollo” en triple-LP et double-CD

Le label rétro-soul Daptone Records célèbre son 20ème anniversaire avec la sortie de l’album de la Daptone Super Soul Revue LIVE! at the Apollo.

Enregistré lors de trois soirées au légendaire Apollo de Harlem en décembre 2014, ce recueil propose des performances de Sharon Jones and the Dap-Kings, Charles Bradley and his Extraordinaires, Naomi Shelton and the Gospel Queens, Antibalas, The Budos Band, Menahan Street Band, Saun & Starr et The Sugarman 3.

The Daptone Super Soul Revue “LIVE! at the Apollo” sera disponible le 1er octobre en double-CD, triple-vinyle et éditions collector (informations)

Tracklisting

  • Introduction by Binky Griptite – The Dap-Kings (Live at the Apollo)
  • Hot Shot – Saun & Starr (Live at the Apollo)
  • Confess It – Saun & Starr (Live at the Apollo)
  • In The Night – Saun & Starr (Live at the Apollo)
  • Witch’s Boogaloo – The Sugarman 3 (Live at the Apollo)
  • Love Went Away – The Sugarman 3 (Live at the Apollo)
  • Thank You Lord – Naomi Shelton and the Gospel Queens (Live at the Apollo)
  • Stranger – Naomi Shelton and the Gospel Queens (Live at the Apollo)
  • Higher Ground – Naomi Shelton and the Gospel Queens (Live at the Apollo)
  • Make The Road By Walking – Menahan Street Band (Live at the Apollo)
  • Out of The Wilderness – The Como Mamas (Live at the Apollo)
  • Heartaches and Pain – Charles Bradley and his Extraordinaires (Live at the Apollo)
  • The World (Is Going Up In Flames) – Charles Bradley and his Extraordinaires (Live at the Apollo)
  • Lovin’ You, Baby – Charles Bradley and his Extraordinaires (Live at the Apollo)
  • Slip Away – Charles Bradley and his Extraordinaires (Live at the Apollo)
  • How Long – Charles Bradley, featuring The Menahan Street Band (Live at the Apollo)
  • Let Love Stand a Chance – Charles Bradley and his Extraordinaires (Live at the Apollo)
  • The Sticks – The Budos Band (Live at the Apollo)
  • Ain’t It A Sin – Charles Bradley, featuring The Budos Band (Live at the Apollo)
  • Sare Kon Kon Pt 1 – Antibalas (Live at the Apollo)
  • Sare Kon Kon Pt 2 – Antibalas (Live at the Apollo)
  • Miss Sharon Jones’ Intro – The Dap-Kings (Live at the Apollo)
  • He Said I Can – Sharon Jones and the Dap-Kings (Live at the Apollo)
  • If You Call – Sharon Jones and the Dap-Kings (Live at the Apollo)
  • Tell Me – Sharon Jones and the Dap-Kings (Live at the Apollo)
  • Get Up and Get Out – Sharon Jones and the Dap-Kings (Live at the Apollo)
  • Making Up and Breaking Up (and Making Up and Breaking Up Over Again) – Sharon Jones and the Dap-Kings (Live at the Apollo)
  •  I’m Not Gonna Cry – Sharon Jones and the Dap-Kings (Live at the Apollo)
  • Calamity – Sharon Jones and the Dap-Kings (Live at the Apollo)
  • Every Beat of My Heart – Sharon Jones and the Dap-Kings (Live at the Apollo)
  • There Was A TIme – Sharon Jones and the Dap-Kings (Live at the Apollo)
  • Family Affair Outro – The Daptone Family (Live at the Apollo)

Brazil Wagram

Gagnez les vinyles “Brazilian Rare Groove” et “Caribbean Rare Groove” (concours terminé)

En partenariat avec Wagram Music, Funk★U vous offre des double-vinyles des séries Brazilian Rare Groove et Caribbean Rare Groove !

À travers une série de double-LPs d’une vingtaine de titres, la collection Rare Groove explore les métissages des musiques du monde avec les courants soul, funk et disco (tracklistings complets ci-dessous).

Pour remporter vos lots de double-vinyles, il suffit de répondre à la question suivante en nous écrivant à concoursfunku@gmail.com avant le dimanche 11 juillet 20 heures. N’oubliez pas d’ajouter vos coordonnées complètes (nom, prénom, adresse postale) !

    • De quel groupe brésilien faisait partie la chanteuse Rita Lee ?

Concours terminé ! La bonne réponse était Os Mutantes (Tutti Frutti également accepté). Bravo aux gagnants qui recevront prochainement leurs vinyles !

 
WAGRAM-BrazilianRareGroove-cover-3000px (1)

Face A

  • 1 Rita Lee & Tutti Frutti Agora E Moda
  • 2 Jorge Ben & Toquinho Carolina Carol Bela
  • 3 Rosa Maria Deixa Nao Deixa
  • 4 Trio Mocoto Swinga Sambaby
  • 5 Sandra De Sà Trem da Central
  • 6 Os Brazões Volks-Volkswagen Blue

Face B

  • 1 Myriam Makeba Xica da Silva
  • 2 Lalo Schifrin Bossa Nova Em Nova York
  • 3 Tenorio Jr Nebulosa
  • 4 Grant Green Brazil
  • 5 Tom Zé Jimmy, Renda Ze

Face C

  • 1 Noriel Vilela 16 Toneladas (16 Tons)
  • 2 Marisa Rossi Deixa Eu Te Amar
  • 3 Sandra De Sà Vale Tudo
  • 4 Lemos e Debétio Morro do Barraco Sem Água
  • 5 Marcos Valle Naturalmente
  • 6 Antônio Carlos Jobim & Roberto Paiva Eu E O Meu Amor

Face D

  • 1 Salinas Tenha Fé, Pois Amanhã Um Lindo Dia Vai Nascer
  • 2 Osmar Milito Morre O Burro, Fica O Homem
  • 3 Nico Gomez And His Afro Percussion Inc. Lupita
  • 4 Ze Roberto Lotus 72D
  • 5 Rosa Maria Avenida Atlantica
  • 6 Super Som TA Agora Chega

WAGRAM-CaribbeanRareGroove-cover-3000px (1)

Face A

  • 1 Max Cilla La Flûte Des Mornes
  • 2 Kallaloo Star Child
  • 3 Ophélia Red Light Lady
  • 4 The Revolution Of St. Vincent The Little You Say
  • 5 Wganda Kenya El Testamento

 

Face B

  • 1 Richard Duroseau et son Orchestre Compas Jupiter
  • 2 Max et Henri Mizik A Ka Kafé
  • 3 The Beginning of The End Come Down
  • 4 Afrosound Caliventura
  • 5 Super Combo Rosita Femme Chaud

 

Face C

  • 1 Camille Soprane Si Ou Dit ça çé ça
  • 2 Henry Guedon Bomba Des Musiciens
  • 3 Simon Jurad feat Les Frères Déjean Mawa
  • 4 Wganda Kenya Pim Pom
  • 5 Max Cilla Crépuscule Tropical

 

Face D

  • 1 Gordon Henderson More Power
  • 2 Shleu Shleu Alouette
  • 3 Les Aiglons Musiciens De Grande Classe
  • 4 SkahShah Racine Core
  • 5 Afrosound Salome

 


Amy Arte

Soirée spéciale Amy Winehouse sur Arte

A l’occasion du dixième anniversaire de la disparition d’Amy Winehouse, Arte consacrera le vendredi 23 juillet une soirée spéciale à la singer-songwriter décédée en juillet 2011 à l’âge de 27 ans.

La chaîne culturelle franco-allemande diffusera à 22h25 un documentaire de l’excellente série Classic Albums dédié à l’enregistrement de Back To Black, le LP qui révéla Amy Winehouse  en 2007. Ce making-of incluant des images rares et la participation de ses musiciens et des co-producteurs Mark Ronson et Salaam Remi sera suivi à 23h30 du concert I Told I Was Trouble – Live From London, capté au Shepherd’s Bush de Londres en mai 2007. Au programme : les néo-classiques “Back to Black”, “Rehab”, “You Know I’m No Good” et quelques extraits de Frank, son premier album paru en 2003.


801x410_martha-high-585

Gagnez vos places pour le concert de Martha High à Paris le 2 juillet

En partenariat avec le New Morning, Funk★U vous invite au concert de Martha High & the Soul Cookers à Paris le vendredi 2 juillet. Grande habituée de la scène de la rue des Petites écuries, l’ancienne funky diva des JB’s de James Brown fêtera son retour dans le cadre du Festival “All-Stars“.

Pour remporter vos places, il suffit de répondre à la question suivante en nous écrivant à concoursfunku@gmail.com avant le mercredi 30 juin 20 heures. N’oubliez pas d’ajouter vos coordonnées complètes (nom, prénom, adresse postale) !

    • Avec quel groupe japonais Martha High a-t-elle enregistré ?


The Time cool

Vidéo : The Time “Cool” (Version HD 2021)

The Time, le premier album du groupe phare du Minneapolis Sound incluant Morris Day et Jesse Johnson, fête ses 40 ans en 2021.

Écrit, produit et arrangé par Prince, ce LP culte sera réédité Par Rhino le 16 juillet en double-vinyle rouge et blanc remasterisé à partir des masters originaux dans le cadre du Black Music Month.

À cette occasion, voici le clip du single “Cool”, restauré en haute-définition. What’s that spell ?


unnamed

A-P Connection, le funk à la française !

Fondé en 2012 à Reims, A-P Connection publie son quatrième album après Stellar Groove (2014), Dawn Of The Future (2019) et Beyond l’an dernier.

Disponible sur toutes les plateformes digitales, ainsi qu’en CD et en double vinyle, le double-album Wide Vision organise la rencontre entre des artistes contemporains tels que Nate Williams, Adam Chini, Ava Baya, Matthew Clanton, Chuck New et Ryan Online et des légendes du funk-disco des années 80 comme Heather Haywood des Cool Notes, Denise L Wilkinson from the ladies of Skyy, Junior, Howard Johnson, Joyce Sims.

Au programme : sections de violons, de cuivres, slaps de basses, synth & more !

Informations


Summer-of-Soul

Vidéo : “Summer of Soul” (bande-annonce officielle)

Au cours de l’été 1969, le Harlem Cultural Festival avait réuni plus de 300 000 spectateurs au Mount Morris Park. Sly and the Family Stone, Stevie Wonder, Nina Simone, B.B. King, The 5th Dimension, David Ruffin, Mahalia Jackson, the Staple Singers et Gladys Knight and the Pips figuraient à l’affiche de cet événement.

Cinquante ans plus tard, ses 40 heures d’images inédites ont été compilées dans Summer of Soul, un documentaire réalisé par Questlove, le batteur de The Roots et directeur musical de l’émission Late Night with Jimmy Fallon“Je suis très excité à l’idée de présenter au public la passion, l’histoire et la musique du Harlem Cultural Festival”, déclare ce dernier. “Les performances sont extraordinaires et j’ai été stupéfait en découvrant ces archives pour la première fois. C’est incroyable de visionner après 50 ans une histoire qui n’avait jamais été racontée jusqu’ici et j’ai hâte de la raconter.”

Après avoir remporté un prix au Festival de Sundance cet hiver, Summer of Soul sera diffusé le 2 juillet prochain sur les écrans américains et sur la plateforme en ligne Hulu. Découvrez la deuxième bande-annonce du documentaire ci-dessous.


RickJamesSoundFury_0001_R

“Bitchin’”, un nouveau documentaire sur Rick James

Dévoilé ce week-end au Festival du film de Tribeca (New York), le documentaire Bitchin’ : The Sound and Fury of Rick James retrace la vie – agitée – de la superstar du punk-funk disparue en 2004.

Réalisé par Sacha Jenkins et accompagné par un score instrumental de Ali Shaheed Muhammad et Adrian Younge, ce film réunit de nombreuses images d’archives et un panel d’intervenants incluant, entre autres, Bootsy Collins et les membres du Stone City Band.

Bitchin’ : The Sound and Fury of Rick James sera diffusé prochainement sur la chaîne câblée américaine Showtime. Découvrez son premier extrait ci-dessous.


lianne_la_havas_plateau_2021

Lianne La Havas en concert à Paris

Après une année d’absence scénique, Lianne La Havas sera de retour en France cet été.

La lendemain de sa participation au Festival Jazz à Vienne, la singer-songwriter londonienne se produira le jeudi 8 juillet à la Philharmonie de Paris dans le cadre du Festival Days Off.

Informations.

 


Prince BORN

Audio : Prince “Born 2 Die”

Attendu le 30 juillet, Welcome 2 America, l’album inédit de Prince enregistré en 2010, révèle son deuxième extrait.

Produit par Morris Hayes et enregistré avec le concours de la bassiste Tal Wilkenfeld, du batteur Chris Coleman et des choristes Shelby J., Liv Warfield et Elisa Fiorillo, ”Born 2 Die” est un mi-tempo soul-funk inspiré par Curtis Mayfield.

Lors d’un discours, le philosophe Cornel West avait déclaré qu’il ne possédait pas la fibre sociale et politique du leader des Impressions. Prince a ensuite relevé le défi en signant un des meilleurs titres de Welcome 2 America.

Découvrez ci-dessous “Born 2 Die”.

 


Retour en haut ↑