harmar-1

Vidéo : Har Mar Superstar “Prisoner” (2013)

Vous avez peut-être entendu les albums -ultra confidentiels en France- d’Har Mar Superstar au début des années 00, ou peut-être l’avez-vous aperçu au cinéma en danseur disco dans la fendarde adaptation de Starsky & Hutch. Bye Bye 17, son cinquième LP, dispose enfin d’une distribution nationale grâce à Differ-Ant. Croisement improbable de Philippe Katerine et de la pornstar Ron Jeremy, Sean Matthew Tillmann, alias Har Mar Superstar, distille son crooning soul/funk rigolo et princier sur 10 titres sexy et catchy. La preuve avec “Prisoner”, visible ci-dessous.

 

Har Mar Superstar Bye Bye 17 (Cult Records/Differ-Ant). Disponible en CD, LP et digital depuis le 22 avril.


Vidéo : Shuggie Otis & The Roots “Special” (Late Night with Jimmy Fallon)

Le mois dernier, Shuggie Otis était invité sur le plateau de Late Night With Jimmy Fallon pour promouvoir la réédition d’Inspiration Information et de l’album inédit Wings of Love. Découvrez “Special”, un inédit de 1980 interprété par le guitariste/songwriter culte en compagnie de The Roots.


josejames1_1

Live Report : José James, Paris (L’Alhambra) 24/04/2013

Malgré un José James « malade », l’Alhambra aura tout de même succombé au groove hier soir. Après un départ légèrement retardé, les musiciens ainsi que le chanteur font leur apparition et entament un set généreux de plus de 2h30. La basse vrombissante de Solomon Dorsey, la batterie subtilement funky de Richard Spaven, les claviers aux aspects multicolores de Kris Bowers et la trompette jazzy de Takuyo Kuroda n’ont rien à se reprocher (loin de là !) et permettent aux musiciens d’asseoir une ambiance groovy dans la salle, malgré quelques erreurs  de balance.  Particulièrement bavard, José James est à l’aise avec le public français et ses interventions, malgré le buzz intempestif d’une guitare acoustique, ne laissent personne de marbre.

Des références et citations diverses sont omniprésentes dans les textes de la recrue de Blue Note, qui est sorti de sa veine jazz/soul/hip-hop ce soir-là en interprétant “Waiting In Vain” de Bob Marley aux côtés d’Hindi Zahra et Saul Williams. La performance instrumentale du groupe est irréprochable, et José James laissera également place dans son répertoire à Marvin Gaye, Al Green, Bill Withers et Gil Scott-Heron en appliquant une irrésistible alchimie groove.

Louis Haynes

Setlist

1. Intro Band

2. It’s All Over Your Body/BlackMagic

3. Sword + Gun (Feat. Hindi Zahra)

4. Trouble

5. Vanguard/God Is Love/Mercy Mercy Me/What’s Happening Brother (Marvin Gaye)

6. Ain’t No Sunshine/Who Is He (What Is He To You)/Grandma’s Hand/No Diggity (Bill Withers)

7. Simply Beautiful (Al Green)

8. Waiting In Vain (Feat. Hindi Zahra) (Bob Marley)

9. Come To My Door/Tell Him (Lauryn Hill)

10. Do You Feel

11. Bird Of Space

12. Rappel: Park Bench People (Feat. Saul Williams)/The Bottle/Winter In America (Gil Scott-Heron)


janelle-monae-erykah-badu-queen-400x400

Audio : Janelle Monae feat. Erykah Badu “Q.U.E.E.N.”

En amorce de son nouvel album Electric Lady prévu pour l’automne, Janelle Monae vient de révéler “Q.U.E.E.N.”, un premier single surprenant et multi-directionnel enregistré en compagnie d’Erykah Badu.  “Cette chanson a été inspirée par nos fréquentes conversations privées”, explique Monae à Billboard. ” C’est une très bonne amie, comme une grande soeur pour moi.” La preuve en musique ci-dessous :


havens-richie-4f8dee26cf1bb

RIP Richie Havens (1941-2013)

Songwriter, interprète, guitariste et acteur occasionnel dont la carrière avait démarré dans les clubs folk de Greenwich Village, Richie Havens avait été révélé au monde entier après avoir assuré au pied levé le coup d’envoi du Festival de Woodstock, en août 1969. Plus connu pour ses relectures de Bob Dylan (“Just Like a Woman”) et des Beatles (“Here Comes the Sun”), Richie Havens est l’auteur d’une vingtaine d’albums studios. Nobody Left to Crown, son dernier essai paru en 2008, avait fait l’objet d’un ultime et magnifique concert parisien à l’Alhambra. Il est décédé d’une crise cardiaque à Jersey City le 22 avril. RIP, Richie Havens.


Femi-Kuti-3-©Youri-Lenquette

Femi Kuti “Je ne suis pas mon père”

Femi Kuti, ainé des fils de Fela Kuti, est à Paris pour présenter son (très bon) nouvel album No Place For My Dream (Naïve). Quelques jours avant son passage au Bataclan, nous l’avons retrouvé dans un immense hôtel de la Défense pour échanger quelques mots sur les liens que les porte-étendards de l’afrobeat pouvaient entretenir avec les musiques noires américaines.

Funk★U : Quel est l’impact de l’afrobeat sur la musique moderne ?

Femi Kuti : Personne ne peux passer à côté de l’afrobeat. Paul Simon, John Lennon, Miles Davis, Stevie Wonder, Jay-Z, Beyoncé, Swift, Common… tout le monde a écouté de l’afrobeat. L’afrobeat n’est pas mainstream, mais tous les artistes mainstream ont été inspirés par ce style Le hip-hop a été influencé par l’afrobeat – Wyclef Jean écoutait de l’afrobeat, et tout le monde en a samplé, pendant des décennies.

L’afrobeat a des sonorités funk, quelle a été l’influence de James Brown sur la musique de votre père ?

Il ne s’est pas inspiré de James Brown, c’était plus une compétition. Il avait vu James Brown et il s’est dit qu’il pouvait faire quelque chose de meilleur, il n’a rien pris de James Brown. James Brown était un nom important et il ne comprenait pas pourquoi. Il a écouté ce que James jouait, pour voir ce qu’il y a avait de si spécial. James Brown répétait « take it to the bridge » et lui sortait ça comme une blague. Quand on compare la progression dans le travail de mon père et la manière dont James Brown a évolué dans le même temps, James Brown était monotone, d’une certaine manière. Il y a eu beaucoup de variations dans l’afrobeat, dans les mélodies, dans les rythmes de batterie, les riffs de guitare… c’était comme jouer au poker. James Brown s’est dit qu’il avait de meilleures cartes, mais quand vous écoutez les commentaires de ses musiciens quand ils ont vu mon père en 1977 : ils pensaient qu’ils étaient les meilleurs et ils ont trouvé meilleur qu’eux. Mon père disait que ça avait énervé James Brown, et qu’il sentait qu’il l’enviait. Il disait d’écouter la manière dont James Brown avait changé son son pour sonner plus comme lui. Mais personne ne connaît cette histoire. C’est comme pour Tony Allen ; mon père l’a trouvé et lui a dit  : « c’est mon rythme de batterie, joue-le », mon père a créé l’afrobeat, a créé le son. Pourquoi a-t-il attendu que mon père soit mort pour dire qu’ils l’avaient inventé ensemble ? Pour qu’il ne puisse pas se défendre. Oui, Tony Allen a été son batteur pendant longtemps, mais il n’a pas créé l’afrobeat.

Quels groupes écoutez-vous aujourd’hui ?

Aucun. Je n’écoute rien, je joue, six heures par jour. Je travaille la trompette en ce moment. Je veux changer radicalement, j’ai besoin de chercher tout le temps mon but. Je n’ai pas écouté de musique depuis 1999. Mais si on me demande ce que j’aime écouter, j’aime le jazz. Miles Davis, John Coltrane et Charlie Parker. Ils m’ont beaucoup inspiré. Sketches of Spain, de Miles Davis et Gil Evans, est mon album préféré. Le jazz a beaucoup apporté à ma musique. J’aurai pu arrêter à cause de Charlie Parker, il m’impressionnait alors que j’étais arrogant et qu’on me disait que j’étais très bon. Je suis heureux d’avoir eu le courage de continuer. Je ne peux pas être mon père, ni Dizzy Gilespie, ni Charlie Parker, mais je peux être Femi Kuti.

Hervé Salters (General Elektriks) joue sur votre album, comment l’avez-vous rencontré ?

C’est un ami de Sodi (producteur qui a travaillé avec Chinese Man, IAM, Fela Kuti, ndr). Il est venu remplacer mon clavieriste pour un concert au Brésil. Il est très bon avec les sons, il est fantastique. C’est devenu un ami via Sodi, c’est souvent que ça se passe ainsi. Hervé est le seul musicien extérieur à Positive Force (le groupe de Femi) a avoir joué sur l’album. Je voulais vraiment un disque qui soit de moi, mais j’ai pensé qu’Hervé pouvait créer de bon effets sonores pour moi, donc c’était important de l’avoir, pour le côté moderne du son, il a ce côté frais.

Bootsy Collins a dit « funk is the happy blues ». Que serait l’afrobeat ?

L’afrobeat représente le beat objectif et réaliste, sans compromis.

Propos recueillis par Noé Termine

Femi Kuti No Place For My Dream (Naïve). Disponible le 22 avril.


Pharrell 2013

Vidéo : Pharrell Williams “Get Lucky” Live @ Brooklyn House of Vans 19/04/2013

Après le teaser, les fakes et la version officielle edit de “Get Lucky”, voici une version simili-live du nouveau single de Daft Punk interprétée par Pharrell Williams et un pousse-disque lors d’un événement sponsorisé par HTC à la Brooklyn House of Vans. L’ex-NERD aime tellement sa chanson qu’il la reprend trois fois de suite !

PS 1 : Rendez-vous ici-même au tout début mai pour une revue en détail de Random Access Memories.

PS 2 : Les batteurs Omar Hakim et John Robinson Jr. (Off The Wall) font partie des sessionmen de l’album aux côtés, entre autres, de Nile Rodgers, Giorgio Moroder et Paul Williams.


“The Naz”, le nouveau single de Funkadelic feat. Sly Stone disponible

Comme nous vous l’avions annoncé la semaine dernière, George Clinton vient de publier un nouveau single digital crédité à Funkadelic intitulé “The Naz”. Sly Stone est l’invité vocal d’un spoken-word ludique racontant l’histoire de… Jésus Christ ! “Sly a juste posé sa voix et nous avons construit le morceau autour. Sly est très en verve quand il raconte comment Jésus est devenu célèbre”, explique George Clinton dans le communiqué de presse de son distributeur numérique INgrooves Fontana. “Nuclear Dog”, la Face-B de “The Naz” est une variation instrumentale d’”Atomic Dog” traversée par les solos acrobatiques Blackbyrd McKnight. Ce double single dédié à la mémoire de Cordell “Boogie” Mosson, est disponible depuis ce matin sur les plateformes iTunes, Amazon, GooglePlay, Rdio et Spotify.

“The Naz” (Extrait iTunes)

“Nuclear Dog” (Extrait iTunes)


disquaireday2013

La sélection Funk★U du Disquaire Day

Samedi 20 avril, la planète musique tournera sur les sillons de nos bons vieux vinyles à l’occasion de la nouvelle édition du Disquaire Day. Près de 200 références en tous genres (pop, rock, electro, hip-hop, jazz…) et en tirage limité seront disponibles chez de nombreux disquaires dès l’ouverture des rayons. Funk★U vous propose sa sélection personnalisée. Attention : Premier arrivé, premier servi !

  • Donny Hathaway “Never My Love/Memory of Our Love” (45-tours inédit – Infos)
  • Eli Paperboy Reed “Whoohoo’” (Maxi)
  • Gary Clark Jr., HWUL Raw Cuts Vol. II (45-Tours) 3 couleurs disponibles
  • Gil Scott-Heron & Brian Jackson “The Bottle” (45-Tours)

  • Jimi Hendrix “Hey Joe/Stone Free” (45-Tours)
  • John Coltrane Newport 61′ (LP+CD)
  • Miles Davis The Kinda Blue Sessions 59′ (LP+CD) Someday My Prince Will Come (LP Mono) Milestones (LP Mono), Round About Midnight (LP Mono)
  • Shuggie Otis Introducing (LP)
  • Sly and the Family StoneI Want to Take You Higher” (25 cm)

  • Cotillion Records 1968-1970 (Coffret de dix 45-tours – Infos)


Cordell

RIP Cordell “Boogie” Mosson (1952-2013)

Un membre clé de la saga P-Funk est décédé hier. Cordell “Boogie” Mosson, bassiste et guitariste du clan Parliament/Funkadelic, avait rejoint George Clinton en 1971 avec sa participation au projet U.S. Music With Funkadelic. On entend ses lignes élastiques sur “Cosmic Slop”, “Nappy Dugout”, “I’ll Stay”, “Funketelechy vs the Placebo Syndrome” et de nombreux classiques de l’âge d’or du P. “Son savoir et sa compréhension du rythme, du One et son feeling du P-Funk étaient sans égal”, nous écrit Danny Bedrosian, clavier des P-Funk All-Stars. Boogie est décédé à l’âge de 60 ans d’une longue maladie. RIP, Cordell “Boogie” Mosson.


Vidéo : D’Angelo “Funky Dollar Bill/Hit it and Quit it” Live Bonnaroo 2012

Dans le troisième épisode de la série Origins, D’Angelo et Questlove propose un nouvel extrait du SuperJam du Festival Bonnaroo, filmé le 9 juin 2012. Au programme : une performance implacable de “Funky Dollar Bill” enchaîné avec ”Hit it and Quit it”, deux classiques de Funkadelic respectivement présents dans Free your Mind… And your Ass Will Follow (1970) et  Maggot Brain (1971). Admirez en passant ces solos Eddie Hazeliens de Jesse Johnson !


13DF4765-248D-4439-8534-0DC2E8ACD720

Concours : Gagnez 5 places pour le concert du Madd Vibes Brass Band (Angelo Moore + Ceux Qui Marchent Debout)

Le premier concert du Madd Vibes Brass Band, le supergroupe réunissant Angelo Moore, le leader de Fishbone, et nos Ceux Qui Marchent Debout nationaux, donnera son premier concert dimanche 21 avril à Paris, au New Morning. À cette occasion, Funk★U et le New Morning vous offrent 5 places pour ce concert unique et annonciateur de futurs projets communs 100% funky !

Pour décrocher votre sésame, répondez simplement à la question suivante et envoyez-nous vos réponses accompagnées de vos coordonnées (mail, numéro de mobile) à concoursfunku@gmail.com avant le vendredi 19 avril midi. Les gagnants seront tirés au sort et prévenus par mail et sms.

  • Où a eu lieu le dernier concert parisien de Fishbone ?

 

 


Retour en haut ↑