Vidéo : Marcus Miller – Live Jazz à Vienne 29/06/2013

© Joachim Bertrand / www.funku.fr

Comme chaque année, le Festival Jazz à Vienne offre des retransmissions de ses concerts à la radio et la télévision. Culturebox, le site événementiel de France Télévisions, nous propose aujourd’hui de revivre le concert de Marcus Miller donné la nuit dernière dans le cadre magnifique des arènes antiques de Vienne. Une étape du Renaissance Tour (featuring Keziah Jones lors des rappels) à revivre ce-dessous.



janelle-monae-bet-awards-thelavalizard

Vidéo : Janelle Monae “Q.U.E.E.N” BET Awards 30/06/2013

Janelle Monae a été rejointe par Erykah Badu dimanche soir sur la scène des BET Awards lors d’une performance de “Q.U.E.E.N.”, le premier single de son nouvel album The Electric Lady attendu le 10 septembre. Magnéto !


Vidéo : Chic feat. Nile Rodgers, Glastonbury Festival 28/06/2013

L’été sera Chic grâce au nouveau périple européen de Nile Rodgers. La veille de son concert à Enghien, les Beatles du disco se produisaient sur la célèbre scène pyramidale du Festival de Glastonbury. Une performance nocturne étincelante capturée par la BBC disponible ci-dessous. Freak out !


Vidéo : Prince – Chicago City Winery Aftershow (30/06/2013)

Toujours sur la brèche Internet, Prince a diffusé en direct ce matin une portion de son aftershow au club City Winery de Chicago sur son site de streaming. Un cadeau pour son irréductible fanbase gratifiée de versions matinales de “1999″, “Little Red Corvette” et “Extraloveable”. Un after Princier comme si vous y étiez (un peu au fond de la salle quand même…).


Jim Kelly

RIP Jim Kelly (1946-2013)

Le plus célèbre karateka de la Blaxploitation est allé rejoindre Bruce Lee, son partenaire d’Operation Dragon (1972). Ancien footballer pro, Jim Kelly avait fait ses preuves d’acteur zen mais porté sur la castagne en alignant des performances musclées dans Black Belt Jones, Golden Needles (L’aventurière de Hong-Kong) et Three the Hard Way, qui réunissait la Sainte-Trinité du film de baston funky avec Fred Williamson et Jim Brown en 1974. Il était âgé de 67 ans. RIP, Jim Kelly.

Merci à Jérémie pour l’info.



Nile Rodgers & Chic

Live Report : Chic feat. Nile Rodgers, Enghien Jazz Festival 29/06/2013

La plus grande discothèque flottante du monde était posée hier soir sur le Lac d’Enghien pour la venue de Nile Rodgers & Chic. “Nous ne sommes pas un groupe de reprises. J’ai composé et produit moi-même tous les morceaux que vous allez entendre”, avertit le Disco King en début de concert avant de le prouver en alignant devant 15 000 spectateurs ses créations sur mesure pour Chic, Diana Ross, Sister Sledge, David Bowie, Madonna et Sheila et ses B Devotions. Le show de 90 minutes reste identique à celui donné au Trianon en 2011, à quelques variantes près, dont l’ajout, si notre disque dur n’est pas encrassé, du “Lost in Music” de Sister Sledge dans la setlist. Passablement fatigué  au lendemain de sa prestation au Festival de Glastonbury et un départ de Londres aux aurores samedi matin, Nile Rodgers laisse aussi plus de place à ses accompagnateurs. Si les choristes ont eu peine à dérider l’onde du lac, Jerry Barnes a provoqué un tsunami de slap, notamment sur un décoiffant break extended lors du “Good Times” final. Happy days are here again,  et la tournée estivale de Nile Rodgers nous offrira des Chic-isms jusqu’à la rentrée !

Setlist

  • Everybody Dance
  • Dance Dance dance
  • I Want Your Love
  • I’m Coming Out/Upside Down/He’s the Greatest Dancer/We Are Family
  • Soup for One/Lady
  • Like a Virgin
  • Lost in Music
  • Spacer
  • Thinking of You
  • Let’s Dance
  • Chic Cheer
  • My Forbidden Lover
  • Le Freak
  • Good Times


Vidéo : Nile Rodgers feat. Chic “Good Times” Live Glastonbury Festival 28/06/2013

Ce soir, Nile Rodgers & Chic donneront un concert gratuit au Festival Jazz d’Enghien. La météo s’annonce clémente, et Sandra Nkaké aura l’honneur d’ouvrir la soirée. En attendant, voici un avant-gout de fièvre du samedi soir captée vendredi au festival de Glastonbury avec 14 minutes de “Good Times”. À ce soir !


Bilal 2013 1

Live Report : Bilal, Paris (La Bellevilloise) 27/06/2013

“Combien de gens ont acheté A Love Surreal, mon dernier album ? Personne ?”. Autant dire que les choses étaient mal engagées pour la première européenne de la tournée 2013 de Bilal dans une Bellevilloise sujette aux courants d’air (comprendre à moitié remplie). Tour à tour crooner soul tatoué, prêcheur halluciné et lover psychotique diplômé de l’école Dirty Mind, Bilal et son excellent groupe de six musiciens ont renversé La Bellevilloise à leur avantage grâce à une performance aussi stupéfiante que théâtrale. Essentiellement centré autour des chansons d’amour zarbis d’A Love Surreal, la setlist s’autorise de rares regards dans le rétroviseur via une reconstruction hyperdynamique de “Sometimes”, un souvenir de 1st Born Second, et un “Soul Sister” en mode turbofunk propulsé par les cocottes d’un guitariste sosie de Tintin, même si “Back To Love” avec son ébouriffant dialogue guitare/chant et les arpèges psychédéliques de “Climbing” se détachent d’un ensemble impeccable et sans le moindre temps mort. En rappel, Bilal, à court de chansons, passe en mode repeat en rejouant pour la deuxième fois “West Side Girl”, cette fois en option jam discoïde, puis quitte la scène sous une ovation amplement méritée au bout de 90 minutes particulièrement épiques. On raconte même que quelques spectateurs auraient acheté son dernier album après le concert…

PS : Notes griffonnées dans la marge

  1. Pourquoi toujours infliger aux spectateurs des concerts nu-soul le set hip-hop de DJ Relou en première partie du concert ?
  2. Big up pour les membres de l’audience qui filment le show avec leur smartphone sans s’arrêter de danser. Ne changez rien, on vous adore.

Setlist

  • Intro
  • The Flow
  • West Side Girl
  • Love It
  • Reminisce
  • Love Poems
  • Robots
  • Winning Hand
  • Sometimes
  • Astray
  • Climbing
  • Back To Love
  • Soul Sista
  • Levels
  • Slipping Away
  • West Side Girl


Jazzmag #651

George Benson en couverture de Jazz Magazine/Jazzman n°651

Il vient de sortir un album hommage à Nat King Cole et s’apprête, comme chaque été, à remplir les salles de l’hexagone. Sujet d’une interview exclusive et d’une story complète, George Benson est en couverture de Jazz Magazine/Jazzman n°651. Un riche numéro dans lequel on trouve également un portrait de Ramsey Lewis et la saga du Mahavishnu Orchestra. En kiosques samedi.


Vidéo : Chic feat. Nile Rodgers mini-concert “Le Grand Journal” 25/06/2013

Mardi après-midi, Nile Rodgers et Chic ont donné un mini-concert sur le plateau du Grand Journal de Canal Plus. Découvrez la toute première prestation live française du Disco King comprenant les classiques de Chic (“Le Freak”, “I Want Your Love”) et les créations sur mesure de Nile Rodgers pour Diana Ross, Sister Sledge et notre Sheila nationale. Freak out ! et encore plus de good times en perspective pour le concert gratuit de Chic feat. Nile Rodgers et Sandra Nkaké au festival jazz d’Enghien samedi soir !

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

JCBUS Promo 2

La soul électrique de JC Brooks & The Uptown Sound

Originaires de Chicago, JC Brooks & The Uptown Sound pratiquent une soul musclée où les bases rythmiques Stax/Motown embrassent le rock épileptique des Talking Heads. Howl, leur troisième album disponible depuis le 21 mai, rassemble 11 plages à haute densité électrique, à l’image du single “Rouse Yourself” et d’”Ordinary”, dont les vidéo sont visibles ci-dessous. À découvrir sur scène à Paris (Le petit bain) le 22 octobre prochain.

JC Brooks & The Uptown Sound Howl (Bloodshot Records). Disponible depuis le 21 mai.



Chronique : Omar “The Man” (2013)

Hermétique à toute tendance capillaire ou vestimentaire, Omar ne s’est jamais départi de ses dreadlocks et de ce jean à trous, cauchemar matérialisé du photographe de presse qui aime le soulman en costard impeccable. Musicalement, c’est un peu pareil. En sept albums, Omar ne s’est jamais trop éloigné d’un sillon soul/jazz qu’il creuse toujours un peu plus profondément, parfois avec plus ou moins de sophistication, mais toujours avec raffinement et élégance. The Man ne déroge pas à la règle. Sourd aux sirènes du tout analogique, sans recherche forcenée d’une patine authentique, puisqu’Omar est authentique. Il est à un point où il a depuis longtemps délimité et affirmé son style et où il a tellement bien assimilé ses influences qu’il ne les ressert plus de manière frontale mais plutôt bien cachées derrière les touches noires et blanches de quelques claviers électriques vintage ou sous formes d’œillades cuivrés ou cordés à la glorieuse soul des 70’s. Dandy british, c’est sans forcer le trait que sa soul veloutée s’accouple à des accents jamaïcains ou des ondulations Brésiliennes, et c’est avec un naturel qui sonne comme une évidence qu’Omar revisite ses propres titres passés au statut de classique, ici l’inoxydable “There’s Nothing Like This” à la ligne de basse stéroïdée par Pino Palladino. Entre deux albums, Omar laisse parfois filer de longues années. Mais, le résultat se classe toujours quelque part entre le très bon et le très très bon.
Max Puissant

Omar The Man (Freestyle Records). En concert à Paris (New Morning) le 5 juillet.


Retour en haut ↑