News Malka studio ouv

Publié le 23 novembre 2015 | Par SlyStoned

0

En studio avec la Malka Family

Début novembre, dans un studio-bunker du Marais Parisien. Dany’O perfectionne sa ligne de basse à la Skeet Curtis sur “Maman m’a dit”, un nouveau titre de l’album à paraître de la Malka Family. De l’autre côté de la console, Joseph Guigui, casque sur les oreilles, effectue quelques réglages sur la console tandis que derrière lui, Woody Braun agrémente de percussions le morceau disco/P. Funk qui résonne dans le QG du groupe phare du funk tricolore des années 1990.

Malka+Family+le+radeau

Fondée en 1988, la formation parisienne parcourt l’hexagone, puis l’Europe grâce à ses shows dantesques et une série d’albums cultes du funk bleu-blanc-rouge, dont Tous des oufs (1992), Fricassée de funk (1994) et Fotoukonkass, qui vaudra au groupe la couverture de Funk★U magazine en 1997. L’aventure Malka s’arrête pourtant cette même année. Joseph Guigui : « On avait enregistré un album pour BMG, puis on a fait une belle tournée suite à cet album en 1997. À la fin de cette tournée, on s’est demandé s’il fallait arrêter ou continuer. À cette époque, la musique électronique et le hip-hop arrivaient à grands pas. Ça coïncidait aussi à une fin de cycle, on sentait qu’on était un peu moins à la mode… ». « C’était l’année où le rap et la French Touch commençaient à cartonner », renchérit Woody Braun. « C’était des modèles à deux et ça coutait moins cher que de faire tourner douze, treize personnes chaque soir. Il fallait prendre une décision : on a tout mis sur la table et on a décidé de rester copains.»

Retour sur scène

Malka studio 2

Joseph Guigui et Woody Braun

Les années 2000 s’écoulent sans la Malka Family. Chaque membre poursuit sa route à divers échelons de l’industrie musicale, jusqu’à un coup de fil impromptu au printemps 2015. « Momo de Big Cheese Records nous a proposé de jouer à l’EMB de Sannois pour les vingt ans du label”, explique Joseph Guigui. “On n’avait pas joué ensemble depuis 18 ans, on avait à peine un mois pour répéter, mais on sentait que c’était le bon moment de ressortir du sommeil en voyant le succès de Pharrell, Bruno Mars, de cette imagerie des groupes sur scène. »

Dany’O : « L’idée était de réveiller les cellules dormantes du funk. C’est une question de cycles, comme en économie, comme dans la nature, ça ne s’explique pas. On était un peu nerveux le soir du concert à l’EMB, ça s’entend sur les bandes, mais c’était très électrisant. » « Je n’étais pas monté sur scène depuis 18 ans, mais j’ai eu l’impression que ça faisait seulement six mois”, commente Woody Braun. “Quand on joue dans la Malka, à un moment donné, on se sent comme un médium, comme si un esprit nous remplissait. La première fois qu’on s’est revus pour répéter, on a joué « Tous des oufs » et il s’est passé un truc, comme si ce morceau était une entité.»

Malka studio 3

Dany’O

Le nouvel album

Cette première date encourageante à l’EMB sera prolongée par plusieurs rendez-vous au Café Les Nautes (“alias “la couscoussière” pour Joseph), non loin du studio et du quartier de naissance du groupe. « Il se passe toujours quelque chose de spécial avec le public de la Malka », se réjouit Dany’O. « Après le concert de l’EMB, les Nautes était un endroit plus petit, plus réduit. Ça nous rappelait l’énergie brute des petits clubs de province. Tout le monde nous parlait aussi de choses d’il y a vingt ans, comme si on était revenus en 1995 et que rien n’avait vraiment changé. On se serait crus dans une machine à remonter le temps, c’est le pouvoir de la musique. »

Ce retour sur scène sera prolongé par un concert le vendredi 18 décembre à Paris, au Pan Piper, puis l’année prochaine par un nouvel album studio de Malka Family : « Soit on revient, soit on ne revient pas », tranche Joseph Guigui. « Quand on s’est revus, tout s’est repluggé très rapidement. Woody, qui est auteur-compositeur, a écrit quelques nouveaux titres. On se réunit tous ensemble en studio toutes les deux, trois semaines et on avance petit à petit. On a déjà enregistré cinq, six titres qui sentent très bon. L’idée est de publier un album vinyle de huit ou dix titres, et pas un CD de quinze titres. Autour de ce vinyle, on peut aussi imaginer une galaxie de remixes, de reworks et de live. » Malka Family de retour sur terre, mais toujours connecté au cosmos.

Propos recueillis par SlyStoned. Photos : Sabrina Mariez.

Malka Family en concert à Paris (Pan Piper) le vendredi 18 décembre. Nouvel album à paraître en 2016.



Les commentaires sont fermés

Retour en haut ↑