Interview Shaolin+Soul+Episode+3

Publié le 21 mars 2014 | Par Funk-u

0

Uncle O (Shaolin Soul) “Rassembler les originaux”

Lundi 24 mars, le troisième volume de la compilation culte Shaolin Soul sera disponible dans les bacs, accompagnés des rééditions CD, double LP et digital de ses prédécesseurs. Uncle O, le concepteur de la série, revient sur les origines du projet, ses pépites préférées de la collection et ses sources d’inspiration dans “le puits sans fond” du catalogue vinylique soul.

 

FunkU :   Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Uncle O :  Je suis DJ (les soirées Toxic), producteur et graphiste.

Quel est le concept des compilations Shaolin Soul ?

Au départ, je voulais sortir une compilation soul, mais le créneau était un peu saturé et difficile à marketer. L’idée m’est venue de rassembler les originaux (dont je possédais la quasi-totalité) des samples utilisés par RZA sur les productions du Wu Tang et de chacun des rappeurs du groupe. A l’époque, le label Hostile a pensé que c’était une très bonne idée qui pourrait s’adresser à un public plus jeune que les consommateurs habituels de musique soul. Le premier épisode est sorti en 1998 et a tout de suite trouvé son public, qui a même été plus large que ce que l’on avait envisagé au départ.

Quels sont tes critères de sélection pour tes tracklists ?

Les morceaux sont souvent très roots, assez profonds, limite blues parfois, beaucoup moins lissés que les productions du Philly Sound par exemple, qui ont des tonnes d’arrangements de violons, exception faite sur les morceaux d’Eddie Holman ou Teddy Pendergrass, présent sur le Volume 2. Ensuite, j’essaye également de prendre des morceaux qui ne sont pas très connus et que l’on ne retrouve pas sur des compilations de soul plus classiques.

Où trouves-tu les titres (et surtout les raretés ! ) des compilations Shaolin Soul ?

Je suis curieux en général, donc j’écoute et j’achète énormément de disques dans tous les styles. C’est un puits sans fond, peu importe le style musical, il y a toujours des choses à découvrir et c’est cela qui me passionne. Je ne suis pas très “mainstream”, même si je peux apprécier parfois des choses très commerciales. J’achète mes disques partout dans le monde, sur Internet, dans les petites boutiques, les vide-greniers. Dès que je me déplace à l’étranger, je recherche toujours sur le web les magasins de disques existants sur ma destination. En revanche, je ne suis pas pour payer une fortune des disques rares, je vais rarement aux conventions par exemple.

Peux-tu nous présenter tes nouvelles pépites préférées de Shaolin Soul 3 ?

Je dirais Jackie Moore, “If”, et Bobby Bland “Ain’t no Love in the Heart of the City”. Ce qui est étonnant, c’est que j’avais déjà sélectionné ces morceaux il y a plus de dix ans pour le Volume 3 qui n’était pas sorti à l’époque. Entre temps, ces morceaux ont été samplés par Kanye West pour Jay-Z ! Je suis aussi fanatique du titre de Dionne Warwick “You’re Gonna Miss Me”, mais globalement, je suis très satisfait de tous les morceaux.

Quels titres rêverais-tu d’inclure dans un futur volume de Shaolin Soul ?

Sur ce Volume 3, il y a énormément de morceaux qui n’ont pas pu être licenciés, pour diverses raisons juridiques généralement. Pour faire une compilation de 20 titres au final, il faut en général en demander le double. J’aurais beaucoup aimé avoir les titres de Sam Dees “Child of the Streets”, Herb Alpert “Treasure of San Miguel” et d’autres titres pas encore prévus au programme qui pourraient se retrouver sur un prochain volume, dont le Billy Stewart “Cross My Heart”. Pour le reste, je garde la surprise entière…

Propos recueillis par SlyStoned

Shaolin Soul 1, 2, et 3 (Parlophone/Warner). Disponible en CD, LP et digital le 24 mars.

Tracklisting

  1. “Creation (Epilogue)” The Jimmy Castor Bunch
  2. “The Handwriting is On the Wall” Ann Peebles
  3. « Tune Up » The Dramatics
  4. “How Can You Say Goodbye” Sidney Joe Qualls
  5. « If » Jackie Moore
  6. « It’s Time To Break Down » The Supremes
  7. « It Ain’t Long Enough » Judy Clay
  8. « In My Heart » Barbara & The Browns
  9. “Mercy, Mercy, Mercy” Willie Mitchell
  10. « I’ll Never Do You Wrong » Joe Tex
  11. « You Roam When You Don’t Get It At Home » The Sweet Inspirations
  12. « Ain’t No Love In The Heart Of The City » Bobby Bland
  13. “Chains And Things” B.B. King
  14. “The Breakdown (Part II)” Rufus Thomas
  15. “Groovin’ On My Baby’s Love” Freddie Waters
  16. « Hang On Sloopy » David Porter
  17. « You’re Gonna Need Me » Dionne Warwick
  18. « I’m His Wife (You’re Just A Friend) » Ann Sexton
  19. « Takin’ It » The Rimshots
  20. « Gypsy Woman » The Persuasions

 

Notes :

THE JIMMY CASTOR BUNCH

Jimmy Castor a commencé sa carrière comme chanteur de Doo-Wop fin des années 50 à New York où il remplacera Frankie Lymon au sein des Teenagers. Egalement saxophoniste, il rencontre un bref succès avec son titre « Hey Leroy, your Mama’s calling you » puis fonde THE JIMMY CASTOR BUNCH que signe le label RCA. Il rencontre un très gros succès en 1972 avec l’album « It’s Just Begun » grâce au hit « Troglodyte (Cave Man) » qu’il vendra a plus d’un million d’exemplaires.

Il a été énormément samplé sur les intros parlées de ses chansons (« What we’re gonna do right here is go back… »).

 

ANN PEEBLES

Originaire du Missouri, elle commence dans la chorale familiale puis se fait remarquer lors d’un concert par le trompettiste Gene Bowlegs Miller qui la présente au producteur de Hi Records, Willie Mitchell qui la signe instantanément. Dés 1969, il sort son premier album et son titre « Walk Away » atteint une très bonne place dans les charts. Suivront de nombreux succès, dont le plus gros à ce jour est « I Can’t Stand The Rain », maintes fois reprise et samplée.

“The Handwriting is On the Wall” a été samplé par le Wu Tang Clan

 

THE DRAMATICS

Formé en 1962 à Detroit par le chanteur Ron Banks, le groupe signe sur le légendaire label Stax en 1968. C’est en 1971 qu’ils rencontrent un énorme succès avec le titre « Watcha See Is Watcha Get ». Au cours des années 70 le groupe fera de nombreuses apparitions dans la populaire émission Soul Train et vendront grâce à cela plus d’un million de leur single « In the Rain ». En 1993 ils sont invités sur le premier album de Snoop Doggy Dogg sur le titre « Doggy Dogg World ».

« Tune Up » a été samplé par Inspectah Deck (Wu Tang)

SIDNEY JOE QUALLS

Il débute sa carrière comme chanteur de gospel dans les églises de l’Arkansas et déménage à Detroit au début des années 70 pour signer sur le mythique label de soul, Dakar, aux côtés des populaires Tyrone Davis ou Hamilton Bohannon. Son style vocal et musical sera tellement similaire à celui d’Al Green qu’il sera éclipsé par ce dernier et ne sortira que 2 albums dans sa courte carrière.

“How Can You Say Goodbye” a été samplé par Defari/Dilated Peoples

 

JACKIE MOORE

Chanteuse issue de Jacksonville en Floride, notamment connue pour son hit « Precious, Precious » (1970). A la fin des années 70, elle connaît un nouveau succès populaire avec la déferlante disco sur le titre « This Time Baby ».

« If » a été samplé par Jay Z

 

THE SUPREMES

Après le succès foudroyant du groupe aux dizaines de succès mondiaux, la tyrannique Diana Ross quitte le groupe pour une carrière solo. Jean Terrel la remplace alors comme lead singer aux côtés de Mary Wilson et Cindy Birdsong. En 1970, elles sortent l’album « New Ways But Love Stays » produit par Frank Wilson et le titre « Stoned Love », d’inspiration Sly Stone et malgré sa référence aux drogues, leur assurera un succès populaire mondial avec pas loin de 3 millions de ventes.

« It’s Time To Break Down » a été samplé par DJ Premier (Gangstarr) et Quasimoto (Madlib)

 

JUDY CLAY

Née en Caroline du Nord où elle chante du gospel dés son plus jeune âge, Judy Clay déménage à Brooklyn au début des années 50 et enregistre avec Drinkard Singers qui deviendra plus tard The Sweet Inspirations. En 1967 elle signe avec Jerry Wexler d’Atlantic Records qui la présente au compositeur blanc Billy Vera qui trouveront le premier succès « interracial » avec « Storybook Children » repris ensuite par Nancy Sinatra et Lee Hazelwood. C’est en solo sur Stax et aux côtés du producteur William Bell qu’elle retrouve le succès avec le le titre « Private Number ». Elle deviendra ensuite choriste pour Ray Charles, Aretha Franklin, Van Morrison, etc…

« It Ain’t Long Enough » a été samplé par Killah Priest (Wu Tang)

BARBARA & THE BROWNS

Originaire de Memphis, le groupe familial est mené par la chanteuse Barbara Brown. En 1963 ils enregistrent le titre « Big Party » qui sera commercialisé par Stax Records qui publiera seulement quelques singles. Le groupe enregistre ensuite pour plusieurs labels prestigieux (Cadet, Atco, XL-Sound of Memphis), malgré de mauvaises ventes le groupe est apprécié par de nombreux fans de Northern Soul.

« In My Heart » a été samplée par le Wu Tang Clan, Cormega

 

WILLIE MITCHELL

Initialement trompettiste multi-styles (pop, rock&roll, r&b, soul, funk), il devient le producteur et arrangeur maison de Hi Records, un des plus beaux labels de soul US avec Al Green, O.V. Wright, Syl Johnson, Ann Peebles, etc… Sa carrière est jonchée de succès populaires, autant en solo (« Soul Serenade ») qu’avec les artistes signés sur Hi.

“Mercy, Mercy, Mercy” a été samplé par Genius/Gza (Wu Tang)

 

JOE TEX

Originaire du Texas, Joe Tex débute sa carrière en 1955 à l’âge de 19 ans sur le prestigieux label King Records. Après plus de 30 singles qui sont des échecs, il rencontre enfin le succès en 1964 avec « Hold On To What You’ve Got » et placera ensuite plus de 40 singles dans les charts. Son style vocal parfois « parlé » lui vaut d’être reconnu comme l’un des précurseurs du rap.

« I’ll Never Do You Wrong » a été samplé par Ol’ Dirty Bastard (Wu Tang)

 

THE SWEET INSPIRATIONS

Formé fin des années 50 par Cissy Houston (mère de Whitney) avec Judy Clay, Dee Dee Warwick, Doris Troy… Elles deviennent très populaires auprès de nombreux artistes notoires qui se les arrachent comme choristes : Jimi Hendrix, Elvis Presley, Aretha Franklin, Dusty Springfield, Bee Gees, etc… Elles enregistrent leur premier album en 1967 sur Atlantic, suivis de 4 autres puis enregistrent le magnifique « Estelle, Myrna and Sylvia » pour Stax en 1973.

« You Roam When You Don’t Get It At Home » a été samplé par Ghostface Killah (Wu Tang) et Puff Daddy

 

BOBBY BLAND

Chanteur de blues, gospel et soul de Memphis, également nommé Bobby « Blue » Bland, a été qualifié de « Frank Sinatra du Blues ». Intronisé au Blues Hall of Fame en 1981 et au Rock and Roll Hall of Fame en 1992, il a également reçu un Grammy (Lifetime Achievement Award) en 1997. Après des succès fin des années 50, début 1960, il souffre de dépression et sombre dans l’alcool mais se relève au début des années 70 et tourne ensuite au début des années 80 avec B.B. King. Il enregistre malgré tout plus de 25 albums studios pendant sa carrière.

« Ain’t No Love In The Heart Of The City » a été samplé par Kayne West/Jay Z

 

B.B. KING

Né en 1925 dans une plantation de coton du Mississippi, il est reconnu comme l’un des plus grands guitaristes de blues de tous les temps. Avec plus de 100 albums à son actif, il peut se permettre de mélanger tous les styles. Ce titre est extrait de l’album de 1970 « Indianola Mississippi Seeds » qui oscille entre blues et soul.

“Chains And Things” a été samplé par Ice Cube, 50 Cent, Prodigy, EPMD

 

RUFUS THOMAS

Né dans le Mississippi en 1917, il enregistre pour Sun Records au début des années 50 et pour Stax dans les années 60/70. Il est le père de Carla Thomas (the Queen of Memphis Soul !). Son goût pour le théâtre lui assure une personnalité hors norme et il n’hésite pas à incarner des chats, chiens, pingouins, poulets autant par le chant que par la danse car il fait des claquettes depuis sa plus tendre enfance. En 1972, il n‘hésite pas à amuser la galerie lors du gigantesque Wattstax Festival en arrivant affublé d’un short. Son style est souvent à mi chemin entre soul et funk.

“The Breakdown (Part II)” a été samplé par Ghostface Killah (Wu Tang), N.W.A., Dr Dre, LL Cool J

 

FREDDIE WATERS

Il débute sa carrière à Nashville au milieu des années 60 dans le groupe The Hytones dans un style apparenté au populaire duo Sam & Dave. Leur album « Singing a new Song » leur attire l’attention de Curtis Mayfield qui le republie sur son label Curtom. Stax lui fera ensuite enregistrer un seul single « Groovin’ On My Baby’s Love/Kung Fu And You Too ». Il enregistrera une bonne vingtaine de single pour différents labels mais un seul album verra le jour et ne trouvera jamais la popularité.

 

DAVID PORTER

Egalement originaire de Memphis, il est le partenaire dans l’ombre de Isaac Hayes sur Stax. Ils ont composé ensemble plus de 200 titres pour Sam & Dave, Carla Thomas, Johnnie Taylor, Soul Children, etc… Lorsque Isaac Hayes le délaisse pour sa propre carrière au début des années 70, David Porter décide d’enregistrer sous son nom et sortira 4 albums.

« Hang On Sloopy » a été samplé par le Wu Tang Clan, AZ

 

DIONNE WARWICK

Née en 1940 d’une famille de chanteurs, elle fait partie des 40 artistes les plus populaires au monde, juste derrière Aretha Franklin, grâce à son association avec les auteurs Burt Bacharach et Hal David. Elle cumule plus de 56 hits dans les charts US entre 1962 et 1998. Elle est également la cousine de Whitney Houston.

« You’re Gonna Need Me » a été samplé par J Dilla, le Wu Tang Clan, Sean Price, Usher, Fabolous

 

ANN SEXTON

Née en 1950 en Caroline du Sud, elle est la cousine du chanteur/auteur Chuck Jackson. Influencée par la musique gospel elle enregistre début 70 quelques singles à Nashville ainsi que deux albums passés quasi inaperçus a l’époque mais aura malgré tout deux hits avec « You’re Gonna Miss Me » puis « I’m His Wife (You’re Just A Friend) ». Elle trouvera un succès plus grand des années plus tard avec la scène Northern Soul d’Angleterre.

« I’m His Wife (You’re Just A Friend) » a été samplé par Genius/Gza (Wu Tang)

 

THE RIMSHOTS

Formation soul/funk/disco du début des années 70 signés sur le label All Platinum/Stang appartenant à Sylvia et Joey Robinson (plus tard Sugarhill Records). Ils officient comme backing band derrière Chuck Jackson, Solomon Burke, Hank Ballard, The Moments, etc… Malgré avoir joué sur des centaines de projets, ils ne sortiront que deux albums mais auront un très gros succès, notamment en Europe grâce à leur reprise de « Blow You Whistle » mais également avec « Do What You Feel ».

 

THE PERSUASIONS

Groupe de gospel/acapella originaire de Brooklyn au milieu des années 60 et ayant influencé beaucoup d’artistes. Frank Zappa, grand amateur de soul, fut l’un des premiers a les remarquer et leur fait enregistrer leur premier album à Los Angeles. Ils ont également chanté pour Joni Mitchell, Liza Minelli, Grateful Dead, Ray Charles, etc… et une de leur chanson apparaîtra sur la BOF de E.T. !

« Gypsy Woman » a été samplé par Wu Tang



Les commentaires sont fermés

Retour en haut ↑