Interview Ed Motta home

Publié le 5 juillet 2013 | Par Funk-u

2

Ed Motta “Steely Dan a changé ma vie”

L’homme aux 30 000 vinyles publiera le 9 juillet l’excellent AOR, son nouvel album sous influence blue-eyed soul. Ed Motta commente en exclusivité pour Funk★U son amour pour Steely Dan, le vin bio et… Jacques Tati !

FunkU : Comment définiriez-vous AOR, le titre de votre nouvel album ?

Ed Motta : La terminologie Adult-Oriented Rock désigne seulement le rock, mais de nombreux artistes comme Al Jarreau, Earth Wind & Fire et Rene & Angela en font aussi partie. Pour moi, l’AOR est une forme pointue de la pop music où la musique représente ce qu’elle est et où l’approche technique de l’enregistrement et du mixage jouent aussi un rôle important.

Justement, la production d’AOR est d’un niveau très élevé. Vous avez passé beaucoup de temps sur cet aspect de l’album ?

Environ un an entre l’élaboration des maquettes, des parties rythmiques, de la construction des harmonies vocales et plusieurs mois rien que pour le mixage. Chaque chanson a nécessité plus d’une semaine de mixage. De la porcelaine chinoise (rires) !

Vous avez déjà produit des chansons dans le style AOR sur Dweezil (2002) et Poptical (2003). AOR est-il un concept-album entièrement dédié à ce genre ?

Le style AOR m’a toujours influencé, mais cette fois, je voulais faire quelque chose de plus spécifique. l’AORmania fait partie de moi depuis longtemps…

Dans AOR, certains titre comme “Dondi” ou “Smile” sonnent très proche de Steely Dan. Constituent-ils une référence de choix pour vous ?

Steely Dan a changé ma vie. J’ai commencé à acheter des disques de jazz et à étudier l’harmonie grâce à eux. Mes albums favoris sont Katy Lied et Aja. Et aussi The Royal Scam, qui est un de leurs disques le plus funky grâce au génie de Bernard Purdie.

AOR est disponible en deux versions : une chantée en portugais et l’autre en anglais. Pourquoi ?

Je crois que la lingua franca de ma musique et de mes références sont anglaises. Ma musique et ma voix sonnent mieux en anglais. Si j’étais né en Malaisie et que j’avais été fan de jazz ou de blues, je n’aurais pas eu d’autre choix que de suivre la langue principale de la pop music.

Qui sont les musiciens qui jouent sur AOR ? Qu’ont-ils apporté à votre musique ?

Le maître David T. Walker (guitariste de séance pour Marvin Gaye, The Jackson 5 Stevie Wonder, James Brown, Ray Charles… ndr.) est un héros de mon adolescence et c’était mon rêve de pouvoir jouer un jour avec lui. Bluey, qui fait partie d’Incognito, est mon superbrotha. Les autres musiciens d’AOR font partie des meilleurs sessionmen du Brésil, la crème de la crème (en français dans le texte, ndr.). En studio, tout le monde a joué son rôle comme l’auraient fait Peter Lorre et Charles Laughton au cinéma.

À ce propos, peu de gens savent que vous vouez un véritable culte à Jacques Tati.

C’est vrai, et je possède une grosse collection de memorabilia car j’en suis complètement dingue. Playtime est un de mes films préférés de tous les temps. Tati était si intelligent, si spécial. Ses films m’ont appris à observer la vie avec humour, voire un peu d’acidité et de sarcasme.

Aura-t-on la chance de vous voir tourner en France pour AOR ?

Je l’espère. J’ai dû annuler quelques concerts dans la passé à cause de ma peur de l’avion. Heureusement, je vais mieux aujourd’hui. Je viens de donner quelques concerts à Berlin en juin et j’espère revenir bientôt en Europe. La France, sa gastronomie et ses vins de Bourgogne et de la Loire me manquent. Une grosse partie de mes finances est dépensée en France car je ne bois que du vin français. Je bois aussi un peu de vin italien, mais 98% de ce que je consomme provient de Bourgogne et de la Loire. En fait, les vins bios sont mon obsession depuis cinq ans (rires) !

Pour finir, où en êtes-vous de votre incroyable collection de vinyles ? Combien de pièces possédez-vous aujourd’hui ?

Presque 30 000 albums et 5 000 45-tours. Pas d’albums de mixs ou de remixs ni de compilations, pas de maxis non plus. Cette collection est faite pour écouter, par pour être entendue dans une fête. Je suis un audiophile confirmé. J’ai des pochettes plastiques qui viennent du Japon, des machines pour nettoyer les vinyles et plein d’autres gadgets. Je suis un dandy du vinyle (rires) !

Propos recueillis par Jacques Trémolin

Ed Motta AOR (Membran Records/Harmonia Mundi/Believe Digital). Sortie le 9 juillet.






2 Responses to Ed Motta “Steely Dan a changé ma vie”

  1. Doctor Soul says:

    Je suis content de lire ces lignes dans lesquelles Ed Motta rend hommage a Steely Dan et aussi a ce style AOR/West Coast, musique de qualité!

  2. Pingback: Capricorn Sun | 2013 : année West Coast ?

Retour en haut ↑