Live Report 2011.04.02 - Ramsey Lewis New Morning Paris - vignette

Publié le 6 novembre 2011 | Par Funk-u

0

Live Report : Ramsey Lewis rayonne au New Morning (Paris, 2 Nov 2011)

Debout comme un seul homme, les spectateurs du célèbre club parisien applaudissent à tout rompre. Surpris par cette ovation, Ramsey Lewis se tourne vers Henry Johnson, son fidèle guitariste. Les yeux écarquillés, il sourit à pleine dent et salue cette foule qui l’acclame. En deux petites heures, entrecoupées d’un entracte aussi long qu’inutile, le pianiste noir américain a donné une leçon de réalisme à l’image de sa carrière. Sans en faire des tonnes, Ramsey Lewis entame son set par une longue et entrainante version de “Wade In The Water”, histoire de se mettre le public dans la poche. Paris exulte d’entrée, exalté par ce quintette efficace qui transpire le hardbop, ce mélange de bop, de gospel et de blues qui donnera naissance au funk. Pour tromper les apparences, Ramsey Lewis prend son auditoire à contrepied avec “Dear Lord” de John Coltrane étiré avec “Blessings”. Sa manière à lui de nous rappeler ses racines. Entre l’église de papa et l’étude des pièces de Bach et Chopin. Après la pause, Ramsey Lewis multiplie les blues, s’enflamme sur “Living For The City” et se casse un ongle. Une pause pansement plus tard, le voilà prêt pour le final que tout le monde attend. “Sun Goddess” tombe un peu à plat. La faute au public pas bien pressé de reprendre les “weyyy-oooo”, imaginés par Maurice White en 1975. En Rappel, “The In Crowd” soulève un New Morning plein comme un oeuf, déjà prêt à remettre ça lors du prochaine passage du pianiste en France en 2012.
Jay Bee



Les commentaires sont fermés

Retour en haut ↑